jeudi 23 février 2017

Le jour où je joue le jeu des hypothèses [Et si]

Ceux qui me connaissent bien savent que je n'ai pas de regrets dans ma vie. J'estime que tout ce que j'ai vécu, de bon comme de moins bon, a permis à me construire telle que je suis et je ne vais donc pas regretter ce qu'il s'est passé dans ma vie. 
Cependant, aujourd'hui, j'ai envie de jouer à un petit jeu ... imaginer quelles auraient été mes vies, si je n'avais pas déménagé aussi souvent, en étant enfant. En effet, du fait du métier de mon père, j'ai déménagé 4 fois dans mon enfance ... Alors ... Et si ... 

Et si je n'avais pas quitté Montbéliard ... j'aurai continué à aller à l'école en bas de la banane. La banane, c'est le nom de l'immeuble où on vivait. Mon frère aurait été gardé par ma nounou, ma mamy Comas et j'aurai donc continué à la voir et à grandir auprès d'elle et de tous les enfants qu'elle gardait. Stéphanie aurait été ma meilleure amie, on aurait joué à la poupée ensemble, on aurait grandi aussi et on serait allées au collège toutes les deux. 

Et si je n'avais pas quitté Toul ... j'aurai continué à aimer Mathieu, on aurait continué à être le parfait petit couple que nos mères adoraient. Elles espéraient nous voir mariés. J'aurai fini mon CP avec Mme Morel et j'aurai continué à apprendre à lire à la vitesse de l'éclair. Par contre, l'année suivante, j'aurai sûrement moins rigolé dans la classe de Mme Lor. Heureusement, j'aurai pu compter sur ma bande d'amis, c'est pour ça que c'est cool de vivre dans un quartier de militaire, on vit en bande c'est génial ... Sauf que j'aurai aussi vu tout le monde partir, petit à petit ... De nouveaux seraient arrivés ... Mais à l'école, Aline aurait toujours été ma meilleure amie et j'aurai pu continuer à aller jouer dans l'immense maison de Guillaume. Et Marie-Laure aurait toujours été ma super prof de danse. 

Et si je n'avais pas quitté Caen ... je pourrais continuer à aller à la mer tous les dimanches, été comme hiver. Mathilde serait ma meilleure amie, à la vie à la mort, et on continuerait à partir en vacances ensemble avec nos familles, tous les étés. J'aurai toujours ma chambre et mon vélux, mon jardin adoré et Aurélie en voisine. On jouerait dans sa caravane l'été et je continuerais à aller au club chez Odile avec Simon. J'aurais enfin eu ma vraie chance avec Benjamin et à l'heure qu'il est je serais sûrement mariée avec lui, devenu vétérinaire et moi son assistante ! 

Et si je n'avais pas quitté Dreux ... j'aurais continué la danse avec MA prof et amie, je me serais épanouie encore plus à travers cet art et cette association. J'aurais pu surveiller un peu plus mon frère et lui éviter peut être certaines mésaventures. Je n'aurais peut être pas coupé les ponts avec tous mes potes du lycée et peut-être qu'aujourd'hui je serais prof d'histoire dans mon ancien bahut. Et même petit coup de folie, peut-être aurais-je racheté la maison de ma mère dans laquelle j'ai vécu depuis mes 10 ans et qui était mon seul vrai repère après tous ces déménagements successifs. 



Mais heureusement, j'ai quitté Montbé, Toul, Caen, Dreux, à nouveau Caen ... J'ai quitté Lyon aussi. J'ai épousé un homme merveilleux, j'ai des amis formidables, un job dans lequel je suis épanouie, une maison dont je suis propriétaire (enfin dans quelques années hein :D je l'ai pas payé rubis sur l'ongle) et des animaux chats-chiens que j'aime à la folie ... 
Ce sont tous ces changements successifs qui m'ont permis d'arriver là. Je ne voudrais être nulle part ailleurs.

mercredi 22 février 2017

Le jour où j'ai lu Une vie entre deux océans

Après avoir connu les horreurs de la Grande Guerre, Tom Sherbourne revient en Australie. Aspirant à la tranquillité, il accepte un poste de gardien de phare sur l'île de Janus, un bout de terre sauvage et reculé. Là, il coule des jours heureux avec sa femme, Isabel. Un bonheur peu à peu contrarié par leurs échecs répétés pour avoir un enfant. Jusqu'au jour où un canot vient s'échouer sur le rivage. À son bord, le cadavre d'un homme, ainsi qu'un bébé, sain et sauf. Pour connaître enfin la joie d'être parents, Isabel demande à Tom d'ignorer les règles, de ne pas signaler « l'incident ». Une décision aux conséquences dévastatrices ...





Je vous mets tout de suite dans le bain : ce livre est un coup de coeur. Si les débuts sont un peu barbants, au final, ils sont essentiels pour rentrer dans la vie de nos deux personnages principaux ... comprendre leur psychologie et leur isolement ... isolement géographique, psychique ... 
J'ai lu ce livre en plein pendant ma 2ème FIV. Je ne sais pas si ça a un lien avec mon coup de cœur. 
L'auteur exprime à merveille ce mal d'enfant ... 
Car ce livre parle de deux mères en mal d'enfant ... Je ne veux pas trop en dire, même si on devine vite ce qu'il va se passer ...  
Mais j'ai pu me mettre à la place des deux mères ... Celle qui se voit confier un enfant "tomber du ciel" ou plutôt porté par les eaux ... celle qui croit son enfant mort ... celle qui se voit retirer son enfant ... celle qui retrouve un enfant qui n'est plus le sien ... Bref, on peut réellement se mettre à la place de ces deux femmes en souffrance. Il prend aux tripes. 
Et franchement, on se pose réellement la question : qu'aurions-nous fait à la place de ce couple ? Pour ma part, et pour en avoir discuté avec mon mari ... notre réponse est unanime : pareil ... (ou presque)
J'ai tellement été plongée dans ce bouquin que j'ai du le finir au boulot, pendant ma pause déjeuner ... sauf que j'ai pleuré, comme une madeleine, et que ça n'a pas été simple du tout de me ressaisir ... 

Je lui accorde la note de 4,9/5

Cet article fait partie du challenge Passion lecture 2017. 



Et puis, comme le livre a été adapté en film ... j'ai voulu le voir ... 
Mon avis est partagé. J'ai apprécié mais été déçue de certains raccourcis, certains oublis ... 
Je ne m'étais pas imaginée du tout les personnages comme ça, par contre, les paysages sont fidèles à la description des livres. Je me serai vraiment cru dans le livre ... 
Alors, pour le film, parce qu'il est fidèle au livre au début, mais prend trop de raccourcis à la fin ... je ne lui accorderai que la note de 3/5 ...




mardi 21 février 2017

Le jour où nous sommes allés à Lanzarote [Avril 2016]

Mieux vaut tard, que jamais ... 
En avril 2016, nous passions une semaine très sympathique sur l'île de Lanzarote, une île de l'archipel des Canaries. 
Nous avons séjourné dans un superbe hôtel 4 étoiles, all inclusive, grâce à une offre sur Voyages Privés. Les locaux étaient bien entretenus, le restaurant varié (même si on retrouvait souvent les mêmes plats). Les piscines étaient bien entretenues, bien qu'un peu fraîches encore pour un début d'avril. On en profitera à une autre saison ! 
Nous avions vraiment besoin de ce temps de vacances à deux, pour nous retrouver et faire une pause dans notre parcours PMA à l'époque. Cette semaine nous a fait un grand bien et nous a beaucoup reposés. 
Nous avions loué une voiture 2 jours pour faire des sorties, et pris un PASS pour visiter 7 des endroits clés de l'île. L'île est vraiment petite et son tour se fait rapidement en voiture (maxi une demie journée). Mais elle est d'une beauté sauvage incroyable, recouverte de lave au sud, et en train de retrouver petit à petit une végétation au nord. Les côtes sont très jolies et nous regrettons de n'avoir pu nous baigner à cause du vent, souvent violent. Nous avons été surpris par la taille des "villes" qui correspondent à tes petits villages chez nous ... Quant à la capitale, si elle est un peu plus grande et plus "civilisée", cela reste assez étonnant de se dire que c'est la capitale de cette île. Dépaysement total ! 
Voici quelques clichés de nos vacances d'avril 2016 ... entre terre et mer. 


El Golfo




Timanfaya ... ou la magnifique balade qui se fait exclusivement en bus-navette, entre les volcans ... un endroit immensément immense ... un lieu magique et une atmosphère si particulière, hors du temps, hors du monde. 


















Les cultures (et principalement la vigne) sont cultivés de la sorte sur l'île, pour protéger du vent. 







Jameos del Agua
Un endroit unique au monde. ça se trouve dans le tunnel sous terre et mer provoqué par l’irruption d'un volcan. Un lac s'est formé par infiltration (en dessous du niveau de la mer) et on trouve dans ce lac une espèce animale qui est présente uniquement au plus profond des océans. L'endroit a été aménagé et il y a une magnifique piscine (purement décorative) qu'on rêve tous d'avoir chez soi ! 















El Mirador del Rio ... Une vue splendide, à couper le souffle. 







Le jardin des cactus ... On a jamais vu autant de variété !!! Et des tailles impressionnantes ! 















 
 Cueva de los Verdes
L'autre bout du tunnel sous la mer ... On descend, on monte ... on découvre des choses de la nature spectaculaire et on peut aussi assister à des spectacles grâce à un grand auditorium dans la grotte !














A nouveau le jardin des cactus 








Notre vue depuis la chambre d'hôtel

Notre vue depuis notre chambre d'hôtel