samedi 3 décembre 2016

Le jour où je me pose 210 questions [3]

Allez, aujourd'hui, on continue ... J'adore toujours autant, merci Flow ! 

Croyez-vous en la vie après la mort ? J'avoue être incapable de répondre à cette question ...
Etes-vous en colère contre quelqu'un ? Si oui, qui ? je suis en colère après les hommes politiques qui ont tué l'Humanité
Prenez-vous souvent les transports en commun ? Plus depuis que nous habitons à la campagne 
Qu'est-ce qui vous a causé le plus de chagrin ? Le décès de ma grand-mère paternelle et mon grand-père paternel.
Etes-vous devenu ce que vous vouliez être quand vous étiez enfant ?  Si on met de côté mes excentricités enfantines ... si on met de côté qu'ado, je rêvais de grandeur ... Oui, je suis devenue la personne que je voulais c'est à dire une adulte bien dans sa tête !
Quelle chanson vous donne envie de danser toute la nuit ? Haaaaappy !!!! 
Quel trait de caractère appréciez-vous vraiment chez un proche ? J'aime les personnes raisonnées et cultivées, avec qui on peut parler de tout !
Quel a été votre plus gros achat ? Notre Home Sweet Home il y a tout juste 2 ans ! Achat stressant mais à la fois rassurant de se dire que dans une vingtaine d'année, on aura un vrai chez nous !
Donnez-vous une seconde chance aux gens ? Je peux le faire mais en gardant malgré tout mes réserves. Si je vois que je n'arrive pas malgré tout à passer outre, alors je préfère ne pas donner de seconde chance car ce n'est pas sain après ce genre de relation.
Avez-vous beaucoup d'amis ?  Beaucoup, tout est relatif. Nous avons de très bons amis sur lesquels nous savons que nous pouvons compter et vice versa ! 
Quel mot vous fait grincer des dents ? Plutôt une expression qui n'existe pas dans la langue française mais utilisée en permanence... "Au jour d'aujourd'hui" !!! 
Avez-vous déjà eu le coup de foudre ?  Oui, pour le Thermomix !!! Oups ! Et mon mari. Quand j'ai passé ma première soirée avec lui, j'ai refermé la porte et j'ai dit "c'est lui !"
Quand vous êtes-vous senti nerveux pour la dernière fois ?  Le matin de mon RDV en PMA pour faire le point suite à l'échec de notre 1ère FIV. Et finalement, je suis ressortie du RDV sereine.
Qu'est-ce qui fait que vous vous sentez chez vous dans votre maison ? L'ambiance qui règne quand j'arrive à la maison ... odeur, bruits, objets personnalisés ...
Comment vous tenez-vous informé ? Sur France Info ou avec la presse mais via Internet
Quel est votre passe-temps préféré ? Tricoter, lire et bloguer. Cuisiner aussi.
Que trouvez-vous amusant ? Un tas de chose car j'aime voir le bon côté de la vie !
Faites-vous régulièrement de l'exercice ? Plus en ce moment, mais je compte bien reprendre rapidement !
Pensez-vous que l'on se souvient facilement de vous ? Un jour, l'épouse d'un patient m'a dit qu'elle se souviendrait de moi toute sa vie, pour ce que j'avais fait pour son mari et elle ... Ce sont des petites phrases comme ça qui me font continuer à me battre dans mon métier et à me dire que je le fais pas pour rien !
Quelles sont les 2 choses indispensables pour vous ? Ma famille et mes amis. Et si je peux rajouter également mes animaux car je ne vois pas ma vie sans eux non plus.
Quand avez-vous fait abstraction de vos peurs pour la dernière fois ? A Londres, cet été, j'ai affronté mon vertige en avançant sur la partie en verre du Tower Bridge, à 42 mètres de haut.
Qu'est-ce qui vous rendait heureuse quand vous étiez petite ?  Des tas de choses, j'étais très heureuse enfant (et je le suis toujours). Un souvenir particulièrement heureux, c'était quand on allait chez ma grand-mère paternelle et qu'il y avait tous mes oncles/tantes, cousins/cousines ! On s'amusait tellement !
Laquelle de vos tenues trouvez-vous la plus saillante ? Je viens de m'acheter 2 jeans, une jupe et une tunique et je me trouve enfin belle avec, même si j'ai mes rondeurs ...
Qu'y a t-il sur votre table de chevet ? Mon petit bazar ... Ma lampe de chevet Ikea, ma bouteille d'eau, mon réveil, ma crème de massage, mes petites poupées à qui on confie nos secrets ou mauvais rêves pour s'en débarrasser, ma tablette et mon téléphone, mon livre du moment. Et DANS ma table de chevet, on retrouve tous mes traitements de PMA et les prochains livres que je vais lire.
Etes-vous patient ? Au travail, oui. A la maison, un peu moins et ça dépend envers qui ou après quoi ...
Qui est votre héros déchu ? J'ai déjà peu de héros alors déchu ... c'est une colle !
Quelle est votre capacité à poser des limites ? J'ai dépassé les limites, aisément, simplement ... Ah mon Julien Doré ! Et bien j'arrive à poser des limites et j'arrive à les faire respecter en général. Le plus dur, c'est quand je me pose mes propres limites, j'ai toujours tendance à vouloir les franchir ...
Lequel de vos amis est le plus ancien ? Ma Pauline, une amitié née à l'adolescence et qui perdure !
Aimez-vous méditer ? Pas trop. J'aime réfléchir sur certains aspects de la vie, mais pas dans le sens "méditation" ... je suis pas très réceptive à tout ce qui est relaxation et méditation ...
Comment vous remontez-vous le moral après une mauvaise journée ? Un sourire et un baiser de mon mari, une petite soirée tous les deux à faire ce qu'on a envie





Je vous donne rendez-vous très bientôt pour la suite de ces questions ! Je trouve qu'elles amènent de plus en plus à réfléchir !

mercredi 30 novembre 2016

Le jour où je m'intéresse au maternage

Depuis très longtemps je m'intéresse à la maternité ou plutôt à la parentalité au sens large. Avec Charmante Compagnie, nous avons très souvent l'occasion de discuter de notre future parentalité et des concepts que l'on aimerait suivre et ceux qui ne nous intéressent pas. J'ai la chance d'avoir un mari très investi, qui sait quel type d'éducation il souhaite donner à ses enfants et qui est ouvert à des tas de choses que j'apprécie, que ce soit la méthode Montessori ou certains aspects de ce que l'on appelle le maternage. 

Pour moi, il a toujours été évident que je mettrais en application certains principes. D'autres sont devenus des évidences à force de me renseigner et de parler avec des amies-mamans qui utilisent certains de ces concepts. 

Bien que nous ayons bien conscience du fameux adage "avant nous avions des principes, maintenant nous avons des enfants", voici malgré tout une petite liste des choses que nous aimerions mettre en pratique le jour où nous deviendrons parents. 


  • L'allaitement. C'est quelque chose qui m'a toujours paru naturel et spontané chez moi. Et j'ai été soulagée de voir qu'il en était de même pour Charmante Compagnie, qui tient malgré tout à être impliqué dans cet allaitement, qu'il ne soit pas exclusivement maternel. Ainsi, il a déjà prévu de m'apporter le bébé au lit la nuit - et là, j'ai aucun doute là-dessus, un rien le réveille et c'est déjà lui qui gère les animaux la nuit -, et souhaite donner des biberons de lait maternel dès que cela sera possible. Bien entendu, on ne sait pas ce que l'avenir nous réservera, mais on compte bien tout mettre de notre côté pour réussir cet allaitement, en matière d'informations et de conseils. Et me sentir soutenue dans ce projet par mon mari me fait être plus sereine. 
  • Le portage. J'en suis, et Charmante Compagnie encore plus. Il attend impatiemment que je sois enceinte pour acheter notre première écharpe et s'entraîner avant l'arrivée de bébé. Il a déjà prévu de participer avec moi à l'atelier proposé par la maternité de notre CH. Pour nous, c'est une évidence. D'une part, pour avoir bébé avec nous la journée, dans nos gestes quotidiens. D'autre part, pour nous déplacer à l'extérieur avec bébé, sans être gênés par une poussette encombrante ! Et puis, comme ça, bébé ne sera pas à hauteur des pots d’échappements !  
  •  Le fait-maison. C'est un point d'honneur que nous avons, et c'est en parti pour cela que nous avons également acheté un Thermomix. Bien entendu, on ne dit pas qu'on ne donnera jamais un petit pot acheté en magasin, mais dans la majorité des cas, nous souhaitons faire nous-même les repas de nos enfants. Nous nous équipons et nous renseignons pour cela. Je mets un point d'honneur à ce que mes enfants puissent goûter à une large palette de saveur - ce qui m'a cruellement manqué petite.
  • Les couches lavables. C'est sur ce point là que mon avis a évolué. Au départ, je disais souvent à Charmante Compagnie : le maternage, oui à 200% SAUF les couches lavables. J'en avais une très mauvaise image et je fantasmais beaucoup de choses négatives à leur sujet. Et puis, récemment, j'ai vu un mini reportage sur les couches lavables et leur simplicité d'utilisation. Je me suis donc plus renseignée, même si ça reste encore très abstrait sur certains points, et aujourd'hui, je suis convaincue, et Charmante Compagnie également. Pour une raison écologique et la santé de nos enfants. Pour une raison économique - nous avons calculé, en nous basant sur une moyenne de consommation de couche par enfant durant toute la période avec couche, qu'un enfant coûte environ 1600€ en couches, contre 500-600€ en couche lavable. Soit une économie de 1000€ ! Notre inquiétude maintenant réside dans le fait de faire accepter ce type de couche à notre entourage et à la personne (ou la crèche) qui gardera nos enfants. Si vous avez des retours à ce sujet, je suis preneuse.
  • Le fait-main. En couture et tricot. Moi au tricot - même si je dois encore m'améliorer - et Charmante Compagnie à la couture - s'il arrive à prendre le temps pour le faire. Nous aimerions avoir un maximum de vêtements faits maison pour nos bouts de choux.
  • La motricité libre. Je débute dans ce concept. Je découvre donc. Mais pour bosser en néonatalogie et parler fréquemment avec des pédiatres et puéricultrices, je suis convaincue.
  • L'apprentissage Montessori. Sans suivre à la lettre cette méthode, nous sommes conquis par certains aspects de Montessori et nous chercherons à le mettre en place en fonction de l'âge des enfants. C'est aussi un projet de plus grosse envergure, un projet professionnel et principalement pour Charmante Compagnie, dont j'espère pouvoir un jour vous parler ici ...
    Je suis souvent conquise par les ateliers faits par mes amies-mamans auprès de leurs enfants, et je m'aperçois que j'ai eu un peu cette approche, étant enfant, sans que ma maman ne sache réellement ce que c'était. 

A ce jour, le seul point qui me chagrine reste le co-dodo. Peut-être que je changerai (bientôt) d'avis, ou pas. Mais à ce jour, je ne suis pas pour. Après en avoir parlé avec la pédiatre de mon service de néonatalogie, et la puéricultrice, je pense que les premières semaines, peut-être, bébé dormira dans notre chambre mais dans son berceau ... On verra dans la pratique ce qu'il en est, mais à ce jour, je ne partage pas ce principe. 

Le maternage est un sujet de couple qui nous préoccupe et nous passionne. Nous n'avons pas encore de livres sur ce sujet, nous avons prévu d'en lire quelques uns pendant ma future grossesse. Si vous avez des livres à conseiller, nous sommes preneurs. Merci ! 

Et toi, maternage rime avec ... ? 

lundi 28 novembre 2016

Le jour où écrire m'a terrifiée

Depuis longtemps, depuis toujours, je veux écrire. Ecrire sur un blog, mais surtout écrire des histoires. Développer une trame de récit. Créer des personnages attachants et complexes. Raconter des aventures. Cela vient sûrement de mon goût pour la lecture. Depuis toute petite, je dévore les livres. 

D'ailleurs, pour ma première année, mes parents m'ont fait le test du "1 an" qui consiste à placer l'enfant devant : un livre, du pain, une pièce - à un moment éloigné du temps du repas ou du coucher du soir -. Et en fonction de ce que l'enfant choisi, ça donne une idée sur son tempérament ... Bien entendu, je me suis ruée sur le livre ! Mon frère, lui avait mis la pièce à la bouche - fin de la parenthèse. 

Adolescente, j'ai commencé des prémices de roman. Mais rien de très sérieux. Je pense que je n'avais pas assez la maturité. 
Aujourd'hui, j'ai commencé plusieurs romans. 3 pour être exacte. Je ne vous dévoilerez pas aujourd'hui les thèmes de ces livres. Parce qu'à ce jour, voilà mon plus gros problème : écrire, c'est se dévoiler à son lecteur. 



Drôle de problème vous allez me dire pour quelqu'un qui a baptisé son blog "ceci est un journal intime" et qui vous livre parfois les pensées et les émotions du plus profond de son coeur ! Mais n'empêche, ce n'est pas pareil. Raconter ma vie, ce que je ressens, c'est différent de raconter une histoire. Parce que je bloque à chaque mot posé, à chaque page terminée, sur mon futur lecteur. 
Je pense constamment à lui : que pensera-t-il de mon style ? Du nom des personnages ? Des thématiques abordées ? J'ai peur de son jugement très critique. J'ai peur de ce que le lecteur pourra penser de moi à travers ma fiction. Pourtant, écrire me permet justement de me libérer de toutes ces pressions de la société. Je ne raconte pas ma vie, je ne raconte pas ce que j'ai vécu. Je raconte de la fiction. Des choses qui arrivent à d'autres personnes qui n'ont jamais existé. Mais je reste tétanisée par ce que le lecteur en pensera. Il me faut dépasser cela. 

J'ai envie que mon lecteur se laisse embarquer dans mon/mes univers. Je veux qu'il oublie l'auteur pour ne penser qu'à l'histoire et aux personnages. Je ne veux pas qu'il se dise que si j'ai appelé mon personnage Machin, c'est parce que adolescente j'étais amoureuse de Machin. Je ne veux pas qu'il croit que j'ai vécu ce que vit Bidule. 

Je redoute énormément ce moment où je vais sauter le pas et faire lire mes premiers mots, mes premières pages et mes premiers chapitres à un véritable lecteur. J'hésite à les publier ici ... par bride. J'hésite à partager avec d'autres personnes qui comme moi, s'essayent à l'écriture (je n'oserai m'appeler auteur ou écrivain). 



Écrire
me terrifie et en même temps me libère et me fait me sentir vivante. Quand j'écris, je me replonge dans mes univers pensés et je quitte l'espace de quelques heures le monde dans lequel j'évolue. 

samedi 26 novembre 2016

Le jour où on a organisé une dégustation Thermomix à la maison

En septembre, des amis nous avait convié à une soirée Thermomix. Ils nous avaient déjà fait un délicieux repas avec leur Thermomix l'été, mais là, nous avons pu tester nous même cette bêbête ! Comme je vous en avais déjà parlé ici, nous avions été conquis. 
Quinze jours plus tard, Magali, la démonstratrice, venait à la maison pour nous offrir une délicieuse recette que nous avons donc pu tester et déguster à la maison. Notre décision d'acheter Thermomix était déjà prise. Magali nous a annoncé qu'il y avait une offre de financement en 10 fois sans frais qui démarrait pour environ 2 mois. Chouette, l'occasion rêvée pour nous. 
Nous avons donc fixé une date avec elle, et établit notre menu. 
Afin de faire découvrir Thermomix à nos invités, les menus sont établis selon un certain principe. 
  • Un pain (pain rapide, pain au lait, fougasse ...) afin de faire découvrir la fonction pétrin du Thermomix, et surtout le résultat bluffant !

  • Un plat à base de viande, avec un velouté, pour découvrir la cuisson vapeur, le mixage et bien d'autres fonctions ! 

  • Un sorbet car c'est l'incontournable ! Et délicieux ! 



Nous avions donc opté pour un pain au lait - car nous avions déjà goûté le pain express chez nos amis. Accompagné par un poulet vapeur et ses tagliatelles de courgettes, carottes et son velouté ! Et en dessert, un sorbet au melon. Autant vous dire qu'on en bavait d'avance. 

Nos invités étaient déjà tout trouvés : la famille. La tante de Charmante Compagnie voulait elle aussi s'équiper. Sa mère hésitait. Sa soeur voulait découvrir. Nous étions un peu (trop) nombreux mais au final nous avons passé une bonne soirée tous ensemble. 

Il était très important que les couples viennent ensemble, car c'est un achat conséquent, important, et je pense qu'il faut vraiment le voir et le tester pour l'adopter. Ce qui est drôle, c'est que ce sont surtout les hommes - le mien le premier - qui sont séduits par ce compagnon de cuisine ! 

Magali est une très bonne démonstratrice, passionnée par son métier et le produit qu'elle vend, à tel point qu'on oublie qu'elle le vend. Elle veut avant tout nous donner les clés pour utiliser cet appareil comme il faut. 
Nos invités se sont donc prêtés au jeu des recettes et nous on concocté de délicieux mets. 
Si je n'avais plus besoin d'être convaincue par le sorbet, j'ai été littéralement bluffée et conquise par le pain au lait. Je n'avais JAMAIS réussi à en faire un aussi parfait, moelleux et délicieux. On ne lui a pas laissé la chance d'attendre le petit déjeuner du lendemain, il a été fini avec le Nutella et la confiture !!! 
Quant au plat, j'ai été séduite par le goût du velouté (et sa texture) et des légumes ! Le poulet était tendre et accompagné de sa sauce, délicieux. Je n'ai qu'une hâte : recommencer ! 




La soirée s'est terminée par les commandes et les prises de rendez-vous pour les recettes des invités ... et pour notre future réunion à nous ... pour la prise en main de notre Thermomix et une nouvelle soirée dégustation, appelée perfectionnement ... Nous avons donc convié cette fois 3 amis, pour découvrir Thermomix, cuisiner entre amis et se régaler ! 



J'ai été gâtée et j'ai gagné 2 magnifiques livres. Il me tarde de recevoir mon Thermomix pour tester les recettes ! Et en attendant, on cogite aux plats de Noël et du Nouvel An qui seront Made In Thermomix !   

Alors, qui d'autre ça tente une soirée Thermomix à la maison ? Dans la joie et la bonne humeur, et sans aucune obligation d'achat !

jeudi 24 novembre 2016

Le jour où je me lance dans le Zéro Déchet [1]

J'avoue que c'est un peu succomber à la mode, à la tendance du moment, mais je plaide coupable et j'assume, car c'est pour une belle et bonne cause. 
Depuis des mois, je vois fleurir sur les blogs et les réseaux sociaux, le concept du Zéro Déchet. Et j'ai été séduite, un peu plus à chaque nouvelle découverte. 
Je n'ai pas encore lu de livre à ce sujet. Pour le moment, je me contente de ce que m'offre la blogosphère et quelques groupes Facebook que j'ai rejoint récemment et auxquels je tente de participer. On verra plus tard si je ressens le besoin de lire un ouvrage à ce sujet. 
Parce qu'encore une fois, comme pour tous les autres concepts dont je m'inspire ... j'aime garder ma liberté et ma façon de faire. Et si je suis prête à faire beaucoup pour changer notre mode de consommation, que ce soit en matière d'écologie, d'économie etc, je ne pense pas arriver véritablement au zéro déchet, et je pense que ce n'est pas non plus mon objectif ultime. 
Mon objectif est plutôt de faire attention pour mieux consommer, pour notre santé et celle de notre planète. 
Alors, petit à petit, je me sensibilise à cette thématique. 

  • Notre premier geste a été de nous mettre sérieusement au tri sélectif. Jusqu'à maintenant, notre commune ne proposant pas le tri en ramassage de poubelle, nous nous contentions de faire uniquement le tri du verre. Dorénavant, nous avons 3 poubelles à la maison et nous nous rendons aux poubelles à tri régulièrement. 
  • Là où j'hésite encore, c'est pour le "STOP LA PUB" sur ma boîte aux lettres. J'avoue apprécier recevoir la publicité de certaines marques, afin de connaître les bons plans du moment. Alors je ne sais pas encore quoi décider à ce sujet. D'autant plus que nous réutilisons les prospectus pour les barbecues de l'été. Des idées pour arrêter la pub papier mais être malgré tout informée des promotions intéressantes ? 
  • Les déchets végétaux. Si j'ai abandonné l'idée de faire notre potager, car je n'ai pas assez ni la main verte ni la passion du jardin pour ça, je pense que faire un compost peut malgré tout être une bonne chose. D'autant plus que nous avons déjà un bac à compost de l'ancien propriétaire. J'ai également dans ma cuisine un très joli bac à compost Tupperware, qui jusque là prenait la poussière. Alors hop, maintenant, je composte ! Si quelqu'un a une liste de tout ce qui va au compost, je suis preneuse
  • Un petit geste à la boulangerie : refuser le papier pour protéger la baguette ... Superflux ! C'est ma copine Vivi qui m'en a donné l'idée. La prochaine étape sera également de faire notre pain nous même, mais ceci est un autre sujet ! 
  • Grâce à Thermomix ... nous allons justement faire de plus en plus de choses nous même en matière d'alimentation ... Nos pâtes à tarte (ainsi, exit l'emballage en plastique, le carton et la feuille sulfu), nos sauces (exit les emballages cartons), notre pain, nos crèmes dessert (bye bye les pots en plastique) ... Non seulement nous produirons moins de déchets, mais en plus nous mangerons plus sainement ! 
  • Exit les cotons démaquillants. Là, je n'hésite plus ! Je me lance dans la fabrication de mes propres lingettes. Et ça va dans le sens de notre décision récente avec mon mari, d'utiliser des couches lavables pour nos enfants. Je veux limiter l'utilisation de cotons et lingettes. Par contre, je ne suis pas prête à renoncer à mon papier toilette pour le moment ... J'ai vu récemment une personne qui a également fabriqué ses protèges slip. Why not ? 
  • Je suis désormais à la recherche d'un bon shampooing solide ! ça va être difficile à faire accepter à Charmante Compagnie pour le gel douche ... alors je vais commencer par le shampooing. Après tout, c'est en mettant les pierres les unes après les autres qu'on bâtie des forteresses ... 
 Mes lingettes à partir d'une vieille serviette éponge, et de deux chutes de tissus coton. Il ne me reste plus qu'à les coudre ensemble ! Je vous en donnerai des nouvelles quant à l'usage et l'entretien !

Je m'arrête là pour ce premier article Zéro Déchet. Je débute, j'ai encore de grandes choses à faire. Mais j'ai désormais l'été d'esprit. 
Je cherche à trouver où acheter en vrac mes pâtes, riz et autres céréales ... ainsi que le sucre, la farine ... pour les mettre dans mes jolis pots en verre qui n'attendent que ça depuis notre mariage (recyclage de notre Candy Bar) ! Des idées ?  

Et toi, que penses-tu de cette tendance Zéro Déchet ? Adepte ?

mardi 22 novembre 2016

Le jour où on a fêté Halloween

Une tradition depuis plusieurs années maintenant : Halloween chez nos amis de Savoie, à l'occasion de l'anniversaire de leur fils aîné. 
Cette année, Charmante Compagnie était impatient de faire Halloween et voulait qu'on trouve nos costumes rapidement. Peut-être un jour prendrons nous le temps de les faire, comme pour ceux des Médiévales, mais pour l'heure, on s'est contenté de les acheter. 

Comme l'année dernière (nous étions en chirurgiens-zombies) nous voulions un costume assorti ! On s'est donc laissé tenter par des costumes de diables ... avec une petite particularité pour moi car j'étais mi ange, mi démon ! Tout à fait moi je trouve ! 
Cette année, pas de folie au niveau du maquillage, pas de faux sang ni de plaies ouvertes. On s'est contenté de lentilles rouges pour Charmante Compagnie - et le tour des yeux noirs, pour quand il enlevait son masque ; et d'un maquillage rouge/blanc pour moi, à l'image de mon costume ! 
On a par contre pris des accessoires : le masque de diable et une grande fourche pour mon mari, et pour moi j'avais donc de jolies ailes, une queue de diable - et là j'imagine tous les pervers sexuels qui vont débarquer ici après avoir taper queue et diable dans Googlemonami ! -, une petite fourche et un serre-tête mi ange mi démon ! J'ai également acheté un collant rouge et j'ai remis mes ballerines de mariée !!! 




Encore une fois, à notre arrivée, nous avons été ébloui par le travail de décoration de nos amis ! Chaque année, c'est de plus en plus grandiose, il y a des détails de partout ! 



Côté repas, ils ont fait fort pour le gâteau cerveau ! C'est impressionnant et je vous assure qu'on hésite plusieurs fois avant de mettre à la bouche la première cuillère qui contient donc un truc plein de sang et très gluant (même les vers bougeaient !!!). 




Cette année, la cerise sur le gâteau est venue en fin de soirée quand nos hôtes ont sortie leurs bonbons bien particuliers ... ceux là même qu'Harry Potter et ses amis achètent dans le Poudlard Express ! Bon, par contre, j'avoue ... j'ai pas joué le jeu ! Je suis très chochote en matière de goût et il était hors de question que je tombe sur le bonbon vomi - comme Charmante Compagnie, ou encore nourriture pour chien ! Mais il faut quand même reconnaître que ça a plu à certains ... notamment le bonbon à la lingette de bébé ! Huuuum ! 




Encore une fois, Halloween a été un succès et nous attendons impatiemment la prochaine édition !

dimanche 20 novembre 2016

Le jour où je me souviens [La danse]

Je me souviens, je me rappelle. 

J'avais 4 ans. Elle en avait 26. Elle s'appelait Marie-Laure. Elle était sportive, les cheveux longs et frisés, elle était sûre d'elle. Avec elle, j'ai appris à connaître mon corps, à le bouger en rythme et de façon harmonieuse. J'ai fait mes premiers pas chassés. J'ai dansé avec elle sur Jordy. Je dansais pour elle. Elle m'a fait passer rapidement dans le cours des grandes. J'étais impressionnée. Mais elle m'a révélée. J'ai dansé avec des filles de 2/3 ans de plus que moi. On ne voyait pas la différence, j'étais si grande. Mais au fond de moi, je tremblais de peur et je bavais d'admiration. Elle dansait enceinte. J'ai pleuré quand elle s'est arrêtée le temps de faire son bébé. 

J'avais 10 ans, quand je l'ai rencontré pour la première fois. Petite, un peu ronde, le sourire aux lèvres en permanence, elle s'appelait Géraldine. Elle me rappelait Marie-Laure. Très vite, elle m'a mise à l'aise. En plus, avec elle, on faisait du vrai Modern'Jazz et on dansait sur les Rita ! Assidue, je suis devenue une pro des isolations. J'étais la bonne élève, studieuse mais surtout qui mettait l'ambiance. C'est là-bas que mes premières vraies amitiés sont nées. J'ai fait mes premières pirouettes. Et déjà, j'ai pu admirer, en cachette, les plus grandes, mes modèles. 
Laëtitia est partie, laissant la place à Mélanie. Elle n'a pas marqué ma vie plus que ça. Elle était sympa, mais sa danse ne me ressemblait pas. Trop ... je ne sais quoi. Vanessa a pris sa place, elle était déjà plus sympa. Elle m'a appris tellement de technique. Avec elle, je me suis dépassée. Avec elle, j'ai digéré le départ de Géraldine, en milieu d'année. Quand Géraldine est partie, je me souviens, un jeudi de décembre, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Avec Vanessa, je suis passée au niveau supérieur. Un cours un peu spécial. Avant atelier claquettes-afro-contemporain-hip-hop, puis un cours de Modern' avec un peu tous les niveaux. Mais surtout, avec Elles*, mes modèles. Danser à leurs côtés, c'était quelque chose de magique à mes yeux. 
Et puis, Vanessa nous a lâché. Je l'ai détesté. Elle nous abandonnait. Mais Elle a pris sa place. Gabrielle. Elle que j'admirais entre deux cours. Elle à qui j'avais prêté un simple élastique pour mon avant-dernier spectacle. Elle qui était un peu comme la grande soeur que je n'avais pas. Ensemble, nous avons passé 3 années intenses, dans tous les sens du terme. J'ai énormément progressé. Je ne vivais que pour la danse, il n'y avait que ça qui comptait. Je ne comptais plus les cours, Modern, Street Jazz ... j'étais droguée à la danse. Il y a eu des moments de bonheur intenses, des moments très douloureux. On a beaucoup crisé, pleuré. On peut parler de souffrance. 
Souffrance qui s'est arrêtée avec l'arrivée d'une petite bulle d'oxygène, Sonia. Pleine de pep's, de sourire et de gentillesse, je me suis à nouveau lancée à fond dans l'apprentissage. Avec elle, j'oubliais les derniers mois difficiles et me donnais à fond. 5 cours par semaine, plus de 7h de danse. Volontaire, tout le temps, partout. Elle m'a charmée. Son style me parle, il est reconnaissable, encore 10 ans après son arrivée dans ma vie. Elle berce ma vie. Je continue de me nourrir de ses chorégraphies, de ses spectacles, tous mis en scène avec tant de professionnalisme et d'originalité. Pour elle, je suis prête à faire un Lyon-Paris dès que possible pour aider sur un spectacle. Et puis, elle a fait revenir Gabrielle. Elle n'était plus la prof. Elle est redevenue élève. Elle allait mieux, ses vieux démons, je l'espère, au placard. Je l'ai redécouvert et j'ai retrouvé une amie. 
Les années ont passé. Je ne danse plus. Je n'ai plus jamais retrouvé ces sensations de bien être. Pourtant, il y a eu deux-trois autres tentatives, deux-trois autres profs. Mais je crois que mon âme est liée à tout jamais à cette association, qui m'a fait grandir, mûrir, me connaître, m'affirmer. 
J'espère un jour reprendre la danse, retrouver ma souplesse, mon rythme, ma passion. Et pourquoi pas la partager avec mes enfants. Ou des amies. Parce qu'au final, la danse m'a surtout apporté mes amies. Toujours amies à ce jour, pour moi, la danse est ma seconde famille. 
Elles ont marqué ma vie. A tout jamais. Je me souviens, je me rappelle ...